lundi 6 octobre 2014

La cavalcade des blogs

Ayant fait une petite visite sur un blog que j'aime beaucoup soon-a-horse, sa proposition de faire un petit article sur l'équitation pour la cavalcade des blogs

cavalcade-des-blogs.
http://cheval-facile.com/cavalcade-des-blogs/
http://www.cavalierre.fr/

Le thème : L'équitation bien sûr !!! 
Je vous invite à aller lire les autres articles et d'autres belles histoire
 sur ces liens !!



Ça tombe bien, j'vais dire !! Il y a certainement beaucoup de choses à dire sur l'équitation. On peut prendre plein de chemins, pour ma part, je prendrai le chemin du cœur.

Le cheval m'a toujours troublé depuis toute gamine. Cet animal, si puissant, si beau que j'avais envie d'approcher, de connaitre, d'apprivoiser. Un rêve !! 

Une belle rencontre en 1996 de Djebel, un barbe arabe palomino, un magnifique entier dont malheureusement je n'ai aucune photo. J'accompagnais des balades dans le sud de la France et il était mon cheval de travail. Bien sûr, j'en montais d'autres mais lui, je l'aimais, j'en rêvais. Un jour, mon grand père qui était cavalier dans sa jeunesse m'a dit, "tu ne rencontreras  ton âme-sœur cheval qu'une seule fois dans ta vie." Et c'était lui. Une compréhension, une anticipation, une osmose, des regards, du plaisir .........................
Je l'ai monté pendant 2 ans, que du bonheur, des galops sur la plage, des balades l'hiver rien que nous deux pour aller vérifier les clôtures, des moments uniques.........................................................................................


Puis je pars pendant quelques jours chez mes parents et quand je reviens au ranch, Djebel a été vendu, mon patron refuse de me dire où il est parti et a gentiment attendu que je parte pour le "livrer".
J'ai été effondrée, le coeur brisé, j'ai démissionné et je suis rentrée en Auvergne. J'ai pleuré pendant des semaines, des mois. Et là, j'ai décidé que je ne remonterai à cheval que le jour où je pourrais entretenir mon propre cheval, que je ne revivrai jamais une tristesse pareille. 

Pendant dix ans, dix longues années ............ Et croyez moi, c'est très long, je ne pouvais pas regarder un cheval à la télé sans pleurer (merci avec la sortie de "l'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux", j'ai vécu un enfer !!), quand je croisais un cheval sur mon chemin, je détournais le regard. Chaque souvenir était tellement douloureux. Il me manquait tellement. Et de ne pas savoir s'il était heureux et bien était une épreuve supplémentaire.

En 2007, je fais une rencontre. Une cavalière qui montait dans un club pas loin et qui avait ses propres chevaux. Après plusieurs mois de relation amicale, elle m'a bien évidemment demandé si je voulais monter à cheval. Je lui ai sorti un NON et je suis limite partie en courant pour pleurer dans ma voiture. Puis dans l'après midi, sachant qu'elle était en cours au club, je me suis mis un coup de pied aux fesses et je l'ai rejoint. Cet environnement me serrait la gorge, mais j'ai tenu bon. La prof est venue me proposer de monter en cours le lendemain avec les débutants et là, contre toute attente, je lui dis OUI. Je repars chez moi comme un robot, mesurant ce que je venais de faire. Comment je vais faire, je n'ai plus de matériel, pas de pantalon de cheval, pas monter depuis 10 ans, c'est pas comme le vélo ??? Tant  de questions dans ma tête. 

Le lendemain matin, je file à Décathlon, sous l'oeil amusé de mon mari. Je me prends un pantalon et des chaussettes. En rentrant dans la voiture sur le parking, je fond en larme, j'ai l'impression que je vais le trahir, je ne sais pas quoi faire pour faire marche arrière, j'ai dit oui à la prof !!!

En arrivant au club, j'ai la boule au ventre, la gorge serrée. Ma copine m'accueille avec la prof qui me propose de monter Kalif. Et là tout se met en route. Je brosse, je fais connaissance d'un petit cheval sympa !!

Le pied à l'étrier, pincement au coeur, je ferme les yeux !! Allez hop à cheval.
Le cours se passe bien, pas, trot, je suis dans un cours débutant, rien de bien difficile. Je suis même troublée d'y prendre autant de plaisir. Ces sensations m'ont tellement manqué. La prof me demande si je me sens de galoper, je lui répond oui d'office. Et c'est parti.

Et c'est reparti. Je sais au fond de moi qu'il faut que je remonte, que je suis prête. Pas à oublier Djebel bien sûr, il restera dans mon coeur, dans mes souvenirs ... Mais il est temps.

La prof me demande si je veux revenir, je lui dis que non, je lui explique que je ne veux pas remonter tant que je n'ai pas mon propre cheval. Mes sentiments se bousculent, j'ai peur, non je ne veux pas que ça recommence. Le prochain cheval que j'aimerai, ce sera le mien.

Après quelques semaines de réflexions, mon mari m'annonce qu'il m'offre mon cheval pour notre mariage. J'en reste sans voix. C'est un cadeau fabuleux. 



Je me mets rapidement en recherche. Quelques semaines auparavant, j'avais trouvé une association qui sauve des trotteurs et des purs sangs de la boucherie quand ils sont réformés des courses. J'appelle la dame qui me dit qu'on peut se voir le week-end suivant. Parfait !!

Nous avons fait une dizaine d'endroits avec plusieurs trotteurs. Rien ne me tente. Je prends pleine tête la misère de ces bêtes qui sont sur le palier de l'abattoir. Tristes, maigres, abattus ou agressifs, abandonné dans un pré ... 

Nous arrivons près d'un élevage. La dame me montre un jeune trotteur alezan. Il fait peine à voir, il est maigre le pauvre. Nous essayons de l'attraper pendant bien une demi-heure, impossible, ce couillon ne se laisse pas approcher. Le propriétaire du haras arrive et la dame me laisse seule. Je m'assois par terre et je pose le pain devant moi. Il arrive petit pas par petit pas .... Me chipe un bout de pain et s'éloigne ... Le mâchouille en me regardant, revient prendre un bout de pain. Je n'ose pas bouger. Il est à porter de doigts. Je lève ma main tout doucement mais il part aussi vite qu'il peut. Mais il revient ... tout doucement, je n'ai toujours pas bouger, j'ai juste caché le pain derrière mon dos. Contre tout attente, il fait le tour et mange tranquillement son pain derrière moi. 

Il me fait sourire. Je lui parle. Et là, il vient me sentir le dos ... Je ne bouge pas. Il frotte son petit nez contre moi, un joli ladre tout rose. Je récupère discrètement le reste du pain, il s'approche. Je me lève tout doucement. Pendant qu'il mange le dernier morceau de pain, il se laisse faire et je peux lui mettre le licol. Il me sent ... Il se passe quelque chose entre nous ... Je sais que c'est LUI, je le sens !!! J'essaie de le caresser, il est tellement méfiant. Il a peur, refuse que je touche sa tête. Sur sa croupe, des croûtes, je suppose des traces de coups. La dame de l'association m'avait dit que l'ancien entraîneur n'était pas un homme sympa avec les chevaux.

Il s'appelle Skybed de Chenou. Il a deux ans. Il a fait six mois de centre d'entraînement de trot et il est réformé parce qu'il galope. Il est tellement jeune pour avoir été débourré. Je le mets au box pour le panser avant de l'essayer. Quand je m'approche avec ma brosse, il se jette au fond du box. Il me fait peine. Il est terrorisé, les yeux exorbité. Un jeune stagiaire vient me voir et me dit qu'il est gentil, il vient m'aider à mettre le filet, une horreur, on ne peut pas le toucher. Je m'en suis vue pour le préparer. Une fois sellé avec la bardette de joker, l'horreur, je l'essaie sur la piste de trot. J'ai bien cru que j'allais mourir sur cette bardette lol !!! 
Il passe facilement au galop, je suis rassurée. Mais côté traumatisme, il y a beaucoup de boulot. 

Je rentre chez moi en disant à mon mari que j'ai trouvé ma perle. Je lui explique les problématiques. Le prix 1100€. C'est raisonnable. C'est un bébé, je ne pourrais pas le monter pendant un an mais vu le boulot à faire en main et sur la confiance, ça va nous occuper un bon moment !! Il est d'accord, je rappelle donc l'association pour lui confirmer que je l'achète car la semaine d'après il devait partir en boucherie.

Je suis là, avec le camion, je l'attrape et il y monte sans problème, comme s'il avait compris que je l'emmenais loin de cet enfer. Et voila le résultat !!


2014

En six ans, beaucoup de doutes, de pleurs, de peurs, mais tant de bons moments ........ Après dix ans d'arrêt, mes 15 ans en selle camarguaise, me retrouver avec un jeune trotteur plein de sang et une selle anglaise, la vie n'a pas été toujours facile !!

J'ai souvent eu peur, j'ai douté beaucoup, manque d'assurance, beaucoup de gamelles aussi dont une où les pompiers sont venus me chercher, mais aujourd'hui finalement on avance ensemble, doucement mais sûrement !! 
Nous avons trouvé une maison où l'on se sent bien, où l'on progresse, où il a ses copains, où j'ai mes copines, des gens en qui j'ai confiance !! 
En dressage, on a fait 3 concours cette année, nos premiers concours tous les 2 !! Et le 4ème dimanche prochain. Ce bonheur, ça n'a pas de prix !!
Ce bonheur !!

Il a vécu des trucs horribles, qui sont loin derrière lui aujourd'hui, il ne méritait pas de partir à la boucherie comme tant d'autres d'ailleurs. Je ne regrette pas mon geste même si des fois, encore, je descends de cheval en râlant ou en pleurant. Il m'apprend la persévérance et il est capable de donner tant d'amour !! 


Mon Skybed de Chenou !! Ma nouvelle histoire d'amour !! 


 Voila ce qu'est pour moi l'équitation, amour, persévérance et respect !!
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout !!